Connexion

Récupérer mon mot de passe


La littérature française du XVIIIe siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La littérature française du XVIIIe siècle

Message par flsh agadir le Lun 26 Jan - 18:09

La littérature française du XVIIIe siècle s’inscrit dans une période le plus souvent définie par deux dates repères : 1715, date de la mort de Louis xiv, et d’autre part, 1799, date du coup d’état de Bonaparte qui instaure le consulat et met d’une certaine façon fin à la période révolutionnaire. Ce siècle de transformations économiques, sociales, intellectuelles et politiques est riche d’une multiplicité d’œuvres qui peuvent se rattacher, en simplifiant, à deux orientations majeures : le mouvement des lumières et ses remises en cause des bases de la société et, par ailleurs, la naissance d’une sensibilité que l’on qualifiera postérieurement de préromantique. Si le XVIIe, chrétien, monarchique et classique, laisse une impression de stabilité. A l’opposé du siècle précédent, le XXVIIIe siècle aboutit à une crise violente.


La révolution française 1789 anéantit le système politique et social séculaire  et instaure un ordre nouveau. La philosophie des lumières rejette les solutions théologiques ou métaphysiques, et l’autorité des traditions. On se livre à une révision critique des notions fondamentales concernant le destin de l’homme et l’organisation de la société. Entière confiance dans la raison humaine chargée de résoudre tous les problèmes. Foi optimiste dans le progrès. Discussions d’idées, thèses et systèmes envahissent tous les genres littéraires, parfois même au détriment de l’art. la cour cesse d’être le centre du pays et la source de l’opinion : le mouvement des idées se fait contre elle, et non plus par elle. Les salons sont d’ordre littéraire et mondain, mais deviennent peu à peu philosophiques. Réunions de personnalités des lettres, des arts et de la politique. Se tiennent  chez une femme distinguée influencent la diffusion des idées philosophique du siècle. Tendance à tout examiner à la lumière de la raison pour tirer des conclusions morales, sociales et même économiques. S’exerce à l’occasion de récits de voyage, de recherches de toutes sortes, de réflexion sur la morale et la religion. Se distinguent : l’Encyclopédie, l’œuvre de Voltaire, l’œuvre de Rousseau, l’œuvre de Montesquieu. Par ailleurs, au cours du XXVIIIe siècle, la société française change avec l’essor démographique et l’activité d’une bourgeoisie d’affaires et d’entreprises liée au progrès technologique machine à vapeur, métallurgie et au commerce avec les Indes, fondé sur la traite négrière. En même temps se développent les villes avec leurs salons, leurs cafés et leurs académies qui affaiblissent le poids de l’aristocratie dans le domaine culturel ou s’affirme peu à peu le tiers état qui sera le vainqueur des luttes révolutionnaires à partir de 1789.


Les mentalités évoluent elles aussi avec le développement de l’éducation et des sciences Newton, Watt, Monge.  Diderot fut l’animateur de l’Encyclopédie et le principal rédacteur. Puissant effort de  vulgarisation pour mettre  à la portée d’un large public toutes les branches de la connaissance. Esprit réaliste et pratique : observation de la nature humaine comme une donnée avec le désir d’en tirer le meilleur c’est l’ouvrage le plus représentatif du XVIIIe. A l’idée religieuse de l’humanité déchue, les encyclopédistes opposent la volonté optimiste d’assumer le bonheur humain par le progrès de la civilisation. Théâtre : la seule production demeurée vivante aujourd’hui est celle de Marivaux et Beaumarchais. Triomphe de la comédie. La majorité des auteurs s’inspirent de l’œuvre de Molière. Avec le temps, on perd le sens du comique moliéresque. Soit que la comédie s’oriente vers la satire ou vers l’attendrissement, ou soit qu’elle devienne, avec Marivaux une délicate peinture de l’amour.


Le roman du XVIIIe siècle est marqué par le renouvellement des formes et des contenus qui préfigurent le roman moderne considéré comme une œuvre de fiction en prose, racontant les aventures  et l’évolution des personnages. Le genre, en pleine croissance avec un lectorat élargi, est marqué par le développement de la sensibilité, par le souci d’une apparente d’authenticité et par l’esprit des lumières en prenant en compte les valeurs nouvelles d’une société qui évolue. 


L’influence de la littérature anglaise est également sensible à travers la traduction des œuvres de Richardson, Swift, ou Daniel Defoe. Néanmoins  le roman restera, au cours du XVIIIe siècle, un genre en quête de légitimation et de définition, comme le montrent les nombreuses réflexions sur le roman  au même siècle. 

flsh agadir
Directeur du forum
Directeur du forum

Messages : 254
Date d'inscription : 18/11/2014
Age : 26
Localisation : agadir

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum