Connexion

Récupérer mon mot de passe


Histoire de France : l'échec de la tentative de monarchie parlementaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de France : l'échec de la tentative de monarchie parlementaire

Message par flsh agadir le Mar 3 Fév - 14:38

La Monarchie de Juillet apparait comme un régime tout entier tenu en main par la bourgeoisie. le roi n'est qu'un rouage dans les institutions et aucun loyalisme monarchique ne joue en sa faveur, pas plus que pour sa famille. le véritable débat politique se situe entre les hommes qui ont fait la révolution de Juillet ou qui l'ont acceptée. sans doute existe-il des forces d'opposition, mais elles sont privées de tout poids réel sur l'évolution des institutions depuis l'échec des complots légitimistes ou des soulèvement républicains. autour de l'avocat Berryer et des journaux La Quotidienne et La Gazette de France les légitimistes entretiennent, sans grand espoir, la flamme de la fidélité à la branche ainée des Bourbons. à gauche, les républicains se divisent entre libéraux qui s'expriment dans le National et démocrates qui trouvent un chef dans l'avocat Ledru-Rollin et un moyen d'expression dans son journal La Réforme, définissant à partir de 1840 le programme du parti Radical. mais cette opposition pèse peu. les hommes qui comptent et peuplent la Chambre des députés se divisent en orléanistes de diverses nuances, partisans du régime parlementaire et qui constituent plus des clans séparés par les ambitions de leurs chefs que de véritables partis. opposés à l'absolutisme monarchique de l'Ancien Régime et aux bouleversements prônés par le parti démocratique, ils se réclament tous d'une politique de juste milieu qui, à peu de choses près se résume au maintien ou à l'aménagement  de la monarchie constitutionnelle. important historien, Français Guizot, chef du contre-droit, estime que le régime réalise les promesses de la Révolution française et que grâce au développement économique, l'enrichissement de la nation multipliera le nombre des électeurs, dans le Journal des Débats comme à la Chambre, il renouvelle les professions de foi en ce sens tout en considérant que le régime doit laisser au roi un rôle véritable. le trône n'est pas un fauteuil vide proclame-t-il, s'opposant ainsi à son grand adversaire, Adolphe Thiers.

flsh agadir
Directeur du forum
Directeur du forum

Messages : 254
Date d'inscription : 18/11/2014
Age : 26
Localisation : agadir

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum